“Revenge shopping”, le regard de notre équipe Xiao Qiao MLC Chine

16 avril 2020
Julia Stotz

Suite à la levée du confinement à Wuhan et dans d’autres villes chinoises, les premiers chiffres sont tombés et confirment pour certains les intuitions en faveur du « revenge shopping », la preuve par le score record d’Hermès, qui a réalisé en une journée 2,7 millions de bénéfices après la réouverture de son magasin à Hankéou.

Néanmoins, si les chiffres peuvent attester de certaines choses, ils ne disent pas tout ou, en tous les cas, ils ne sont jamais suffisants pour saisir toutes les nuances cachées derrière des comportements émanant d’individus aux profils et aux envies plurielles. Pour aller plus loin que les chiffres et les prédictions, nous avons voulu sonder directement notre équipe en Chine pour avoir leurs retours in-situ et leurs avis sur le concept du « revenge shopping ».

Leurs propos confirment l’hétérogénéité des comportements de consommation à l’ère post-virale. Même au sein de Xiao Qiao Mlc Chine, les comportements vis-à-vis du « revenge shopping » divergent.

Certaines voient le shopping comme « une thérapie de l’après » et trouvent cette attitude normale dans la mesure où le shopping est une habitude inhérente au quotidien des Chinois, qui, de plus, s’en sont vus privés lors de la quarantaine. De manière plus globale humainement, une partie de notre équipe pense que « même si l’on a été mis en quarantaine pendant deux mois et que cela nous a permis de développer une nouvelle vision, de nouvelles perspectives, l’humain a toujours des désirs, c’est la nature. »

À l’inverse une autre partie de l’équipe tend plutôt à croire que la vulnérabilité économique post-épidémie chez certains va impacter les dépenses. Un impact qui prendra plusieurs formes, d’une réduction des dépenses pour certains au détournement des achats matériels pour davantage d’achats expérientiels chez d’autres.

« Plutôt que de se venger, je préfère faire des achats raisonnables afin de pouvoir planifier un « revenge travel » avec ma famille et aller ailleurs que chez moi »

« un « revenge shopping » sur le hotpot* (*plat et méthode de cuisson typiquement chinois), je comprends parfaitement, mais je ne suis pas sûr d’avoir le moindre désir pour d’autres choses. »

Chez Xiao Qiao MLC, certains « comprennent cette attitude, mais s’y opposent » et estiment « qu’il faut être vigilant par rapport à l’emploi de ce terme, car de nombreuses personnes vont se retrouver impactées économiquement par cette longue épidémie et vont davantage épargner et dépenser plus intelligemment qu’en faisant du revenge shopping ».

Quelques chiffres, malgré tout, pour illustrer la tendance qui est plutôt à l’épargne. (source caijing.com.cn)

Retour