Chez LeherpeurParis rue Charlot, un design qui fait sens

30 novembre 2020

Il y a quelques temps, nous vous parlions de ces marques qui (re)programment l’obsolescence, qui font le pari de réinventer la croissance et de rallonger le cycle de vie d’un produit. Par ailleurs, nous vous annoncions notre emménagement rue Charlot, où à notre tour, nous avons voulu déprogrammer l’obsolescence.

Plutôt que de se tourner tête baissée, vers des produits neufs pour meubler ces locaux, nous avons fait l’inverse. Nous avons fait l’inventaire de ce que nous avions rue de la Vrillière et nous nous sommes demandés comment nous pouvions le réutiliser. Une contrainte, certes, mais un prisme inédit duquel est née beaucoup de créativité. Nous avons récupéré tout ce qu’il y avait à récupérer afin de revaloriser la matière première et d’envisager le ‘déchet’ comme une nouvelle ressource. De rendre visible « la valeur ajoutée de la valeur recyclée » (Etude (re)made in France, Salon du Made in France x LeherpeurParis). 

Le changement était l’occasion de renouveau mais pas forcément de ‘neuf’. Réhabiliter ce que nous avions déjà, faire éclater le potentiel d’un mobilier englué dans les habitudes d’un ancien espace, c’était une façon de prolonger son cycle de vie et d’éviter toute production inutile. Une véritable esthétique du sur-mesure, prouvant une nouvelle fois que le design de demain pouvait se trouver dans le moins mais le mieux et être synonyme de ‘beau sens’. Une dimension durable dans l’usage de l’objet -qui se réinvente, qui se transforme, qui ne disparait pas- mais aussi dans son style et son esthétisme. La nouveauté n’est pas incompatible avec la notion de durabilité et il convient de l’intégrer dans nos manières de repenser les tendances. 

Bref, chez LeherpeurParis, du 8 rue de la Vrillière au 10 rue Charlot, rien ne s’est perdu, tout s’est transformé.

Nous n’avons rien jeté. * 

Nous nous sommes entourés de gens que nous aimions et à qui nous sommes fidèles. Des artisans dans lesquels nous croyons, qui partagent la même vision que nous, celle du respect des choses, des savoir-faire, de l’humain, de l’environnement et de la création. Pour nous, retrouver des repères et les réinventer, c’était une façon de ramener du sens dans le changement. 

Cela nous tenait à cœur de présenter ces artisans qui nous ont accompagnés pour nous offrir un espace de travail à la hauteur de nos valeurs et de nos engagements.

Jérôme Michaut, menuisier, Jean-Baptiste Chartier (@jeanbaptiste_chartier), architecte, design d’intérieur, et Delphine Drouin (@drouindelphine), décoratrice et coloriste, ne se sont pas laissés impressionner. Ils ont récupéré nos bureaux usés et démodés par le temps, pour en refaire quelque chose d’intemporel, aux coloris doux et aux matières nobles. L’upcycling est au coeur de leur démarche. D’ailleurs l’atelier de Jérôme et Jean-Baptiste s’appelle « …tout se transforme »

Nos tables de réunion qui en étaient potentiellement à leur 3ème réemploi sont devenues, grâce à eux, des bureaux en peuplier, aux pieds laqués d’un rose très pâle. Des matières et une gamme de couleurs qui répondent à nos envies de coloris nudes et de matériaux nobles, à la fois simples mais révélateurs d’un certain savoir-faire (le peuplier, le cuir, le lin, le feutre, le velours…). 

Nous nous sommes aussi entourés de Sten Ridarch @pushtheyellowbutton, designer ébéniste et scénographe. Depuis ses débuts, il utilise du bois labellisé ou recyclé, des peintures ou vernis à l’eau et valorise les chutes de bois. Nous le connaissons bien maintenant car c’est avec lui que nous avons, notamment, conçu pendant plusieurs saisons le forum de tendance du salon @whosnextdotcom. Pour ces bureaux, pas neufs mais nouveaux, il a fabriqué un bureau tout en longueur pour accueillir nos stagiaires et est à l’origine de notre grande table de réunion et de ses banquettes qui l’accompagnent.

Parallèlement, les autres fauteuils de notre salle de réunion ont été chinés et nous cherchons encore la pépite luminaire qui viendra mettre en lumière cet espace de partage. Côté textile, le revêtement des assises de la salle de réunion et des alcôves de travail dans la coursive ont été réalisées par les artisans tapissiers de chez @Marquise et Bergère à partir de textiles Made in France. 

La nécessité d’envisager une véritable stratégie RSE et de faire moins avec mieux sont pour nous de vraies convictions que nous avons voulu faire transparaitre dans nos nouveaux bureaux. Des bureaux à l’image de nos valeurs, qui ne bougent pas, qui se consolident et qui rayonnent désormais dans les espaces du 10 rue Charlot : l’engagement durable, la valorisation de l’humain et du savoir-faire, la réflexion sur mesure et la création, que nous continuerons, au filtre de nos collaborations, à vous transmettre pour que tout fasse sens.  

*tout a été majoritairement réemployé pour les nouveaux bureaux.

Retour